Sortie de nouvel album Révolution Permanente, le par fr.
Mis en ligne dans le kiosque le 9 mai 2016.

Renaud. Chanteur énervant, fan énervé

J’ai embrassé un flic, entre Nation et République...

left La gauche réforme la loi du travail, main dans la main avec le MEDEF, Renaud embrasse des flics, ce monde ne tourne définitivement pas rond. Il y a environ un mois maintenant sortait le nouvel opus de Renaud, dix ans après ses dernières chansons inédites. Très grand fan de l’auteur de Mistral gagnant, je suis de ceux qui se sont précipités sur ce nouvel album faisant de ce come-back un retour fracassant, du moins en termes de disques vendus. Sans revenir sur la qualité de cet album, penchons-nous plutôt sur la chanson J’ai embrassé un flic.

Rappelons d’abord le contexte, suite aux attentats de Charlie Hebdo, Renaud qui a perdu de nombreux amis lors de ces événements tragiques, se rend à Paris pour participer à la marche commémorative du 11 janvier 2015. Ému par les élans de fraternité ponctuant cette marche Renaud ira même jusqu’à « enlacer » un flic, précision qu’il apporta lui-même lors de différents interviews.

Si le chanteur énervant n’oublie pas de mentionner les Quelques bandits notoires, présidents, sous-ministres, et petits rois sans gloire ouvrant cette marche républicaine, la suite de la chanson est beaucoup moins engagée. Renaud narrant donc, comment lui, l’auteur d’Hexagone, a embrassé un flic.

Si le contexte d’écriture de cette chanson est particulier, le contexte de sa sortie l’est tout autant. Les manifestations contre la loi travail se succèdent ponctuées par de nombreuses violences policières.

Me remémorant les paroles de ce formidable brûlot qu’est Où c’est qu’j’ai mis mon flingue ? :

Y’a pas qu’les mômes dans la rue
qui m’collent au cul pour une photo,
y’a même des flics qui me saluent
qui veulent que j’signe dans leur calot.
Moi j’crache dedans et j’crie bien haut
que l’bleu marine me fait gerber,
qu’j’aime pas l’travail, la justice et l’armée
(Où c’est qu’j’ai mis mon flingue. Paroles et Musique Renaud Séchan. © 1980).

Je me suis dit « merde ! », comment peut-on embrasser un flic après avoir écrit ça ?

Alors, oui Renaud a vieilli, ça fera bientôt quarante ans qu’il a écrit ce texte, et c’est tout à fait naturel qu’il ait changé. De plus, la perte de ses proches lors des attentats de janvier 2015 l’a durement affecté. Que Renaud s’adoucisse avec l’âge est tout à fait compréhensible (quoique pas évident) mais passer de brûlots anti-flics à cette chanson mielleuse à la gloire de la police nationale, faut pas déconner ! Le chanteur énervant a énervé ses fans (ou du moins un fan). Mais lui qui chantait : Ils sont pas lourds en février à se souvenir de Charonne, des matraqueurs assermentés qui fignolèrent leur besogne (Hexagone. Paroles et musique Renaud Séchan © 1975.), n’a-t-il pas lui-même oublié les violences de la police de Maurice Papon du 8 février 1962 ? Où est donc passé le défenseur de Malik Oussekine ?

Dans ce contexte social très tendu, le retour de l’auteur de Société tu m’auras pas aurait pu être une bouffée d’air frais, mais J’ai embrassé un flic me reste en travers de la gorge. J’aurais aimé un dernier couplet coup-de-poing pour rappeler qu’en 2016 la police assassine encore et toujours.

Si cette chanson me laisse un goût amer, elle ne saurait me faire oublier toutes les autres, notamment la magnifique Ballade de Willy Brouillard qui peint avec brio la triste vie d’un flic de banlieue. Renaud a été, est et restera un chanteur à part, c’est d’ailleurs cette admiration sans limite qui me fait pousser ce petit coup de gueule qui n’engage que moi. Certains s’y retrouveront, d’autres me trouveront trop durs, et pour tous les autres je ne peux que les encourager à se plonger dans l’œuvre de cet immense artiste.

Article original

Aucun commentaire

Soyez le premier à commenter !


(ne sera pas publié)