Émissions Télérama, le par fr.
Mis en ligne dans le kiosque le 23 septembre 2012.

Renaud, les raisons de la colère

Synopsis de l'émission

A l'aide de témoignages de ses proches et d'archives rares, les équipes de l'émission reviennent sur les épisodes heureux et plus sombres de la vie de Renaud. Chanteur populaire, jamais sûr de lui, parfois en colère contre ses contemporains et contre lui-même, sa personnalité est finalement mal connue. Comment cet artiste s'est-il forgé ce caractère révolté ? Renaud s'est affirmé dans les ruptures avec sa famille et avec les codes d'une société qui l'a souvent révolté. A cela, il faut ajouter les déceptions politiques et la nostalgie de l'enfance, qui l'ont progressivement envahi. Le chanteur est alors entré dans des tourments intérieurs contre lesquels il lutte encore aujourd'hui.

La critique TV de télérama du 22/09/2012

On aime un peu

Ce portrait raconte Renaud par le prisme de la colère. La colère contre les flics, les bourgeois, la France assoupie de Pompidou, qu'il exprime dès l'adolescence dans ses premières chansons — le sourire en coin, déjà. La colère contre les calomnies quand le succès arrive, et ce reproche d'être un loubard plein aux as. Renaud-le-milliardaire-rouge ! La culpabilité l'a envahi peu à peu, assurent des proches. Tout comme la paranoïa. Et la nostalgie de l'enfance.

Qu'est-ce donc qui nous contrarie, à mesure que Laurent Delahousse déroule les grands chapitres de sa vie ? Probablement l'assurance avec laquelle la foule d'intervenants (son demi-frère Thierry Séchan, son biographe Didier Varrod...) détaille les tourments intérieurs de Renaud. L'absence de l'intéressé - du moins le fait qu'il ne participe pas au film - crève l'écran. C'est pourtant sa voix que l'on voudrait entendre plutôt que celle de Laurent Delahousse ! Comme on voudrait s'attarder davantage sur ses chansons, sa verve gouailleuse et son impertinence goguenarde, bref tout ce qu'on aime chez lui. Il y a de belles archives, toutefois. Et quelques interventions savoureuses, telle celle de l'accordéoniste Michel Pons, compère de la première heure, qui se souvient des mots de Renaud quand s'esquissa le projet de jouer ensemble : Je chante très faux. Par contre je joue très très mal de la guitare. Du Renaud pur jus. Marc Belpois

Informations détaillées

article original

Aucun commentaire

Soyez le premier à commenter !


(ne sera pas publié)