Cet été je fais comme elle.....

Discuter de tout et de rien

Modérateur : modérateurs

Répondre
Pierre de Calvingrad
Messages : 959
Enregistré le : 05 mai 2004, 08:23
Localisation : Calvingrad pardi !

Re: Cet été je fais comme elle.....

Message par Pierre de Calvingrad »

adieu minette a écrit :
03 août 2017, 18:57
A une pression médiatique, j'ajouterais également une pression sociale.

La majorité des gens que je côtoie, part en vacances. Fréquemment dans les discussions, avant et après juillet/août, les questions rituelles sont : "tu pars où" "tu es parti où" . J'ai déjà remarqué que les gens sont surpris si quelqu'un ne part pas, dans un milieu où les gens partent en majorité. De même celui qui ne part pas, peut se sentir gêné d'être seul à ne pas partir. Celui qui ne part peut même avoir envie de se justifier. "je pars pas car je fais des travaux chez moi".
Le conformisme social est très souvent une pression extrêmement insidieuse.


C'est exactement comme si dans un milieu où les gens roulent ultra majoritairement en Audi ou Porsches, celui qui roule en Dacia peut sentir honteux, et surprendre les autres. Ce sont des relations classiques à observer.
Deux phrases qui tuent :

1) je ne pars pas en vacances, je suis en vacances
2) que sa Ferrari soit accidentée ? ...
"Il faudrait s'efforcer d'être heureux,
ne serait-ce que pour donner l'exemple"

Jacques Prévert

Avatar du membre
Sophie du moulin
Messages : 4306
Enregistré le : 22 sept. 2013, 13:26
Localisation : oise

Re: Cet été je fais comme elle.....

Message par Sophie du moulin »

Oui la pression sociale existe mais moi je pense que chez les enfants , elle est moins forte que vous semblez le dire. Moi quand je demande à mes petits patients s'ils partent (des fois, je leur demande simplement ce qu'ils compte faire pendant les vacances), ils me disent des fois qu'ils partent chez leur tonton ou leur tata qui habitent à 50 km de là. Pour eux, c'est déjà partir. Je n'ai pas l'impression que dans les cours de récré, ils parlent forcément de mer, etc.... Ils racontent ce qu'ils ont fait et un enfant peut ne pas être parti mais avoir fait plein de trucs: pêche avec papa ou papi, activités de plage dans les villages qui font des plages (on en a plusieurs dans le coin et les activités sont gratuites), centres de loisirs, mini camps en centre de loisirs (et là comme c'est en fonction des revenus, même les plus modestes y vont). Moi c'est ce qu'ils me racontent en tout cas. :) D'ailleurs les centres ruraux organisent presque chaque année une journée à la mer en famille avec transport en bus et les prix sont tout à fait abordables. Dans mon coin, comme on est à moins de 2 heures de la mer, j'ai rarement vu un enfant qui n'a pas passé plusieurs jours à la mer au cours de son enfance , ne serait-ce qu'avec les centres de loisirs. Je connais beaucoup de familles modestes qui prévoient un petit budget pour partir une journée seulement. Jeep, je pense que les journées du secours populaire doivent s'adresser à des familles non seulement modestes mais qui vivent tellement loin des lieux de villégiature que les centres de loisirs n'y vont pas.
J'ai parfois la vie qui me pique les yeux mais je n'envie pas ceux qui gardent les yeux secs....
Image

edi
Messages : 47
Enregistré le : 10 avr. 2017, 00:00

Re: Cet été je fais comme elle.....

Message par edi »

T'as des gamins à Marseille ils ont jamais vu la mer
Modeste, c'est pas pauvre, c'est pas vivre en dessous du seuil de pauvreté

Avatar du membre
Sophie du moulin
Messages : 4306
Enregistré le : 22 sept. 2013, 13:26
Localisation : oise

Re: Cet été je fais comme elle.....

Message par Sophie du moulin »

edi a écrit :
06 août 2017, 01:25
T'as des gamins à Marseille ils ont jamais vu la mer
Modeste, c'est pas pauvre, c'est pas vivre en dessous du seuil de pauvreté
En campagne, tu ne sais pas quelle famille vivent en dessous du seuil de pauvreté parce que comme tout se sait, ils ne le crient pas sur les toits, ils ne demandent pas les aides habituelles. Moi je parle des foyers où il faut choisir entre payer la facture d'électricité ou la bouffe, les familles qui ont plein de crédits divers et variés. Alors, effectivement, je ne connais pas leurs revenus mais concrètement, je vois bien que tout est compliqué et ce sont ces familles que j'appelle "modestes" car le mot me semble juste sur le plan sémantique. Pauvre c'est devenu péjoratif et le seuil de pauvreté est un outil de mesure mais cela me paraît difficile de mesurer ce genre de choses... Quand tu dis qu'à Marseille certains enfants n'ont jamais vus la mer, je suis convaincue que ce n'est pas parce que financièrement c'est impossible mais parce que leur vie quotidienne est complètement différente d'un enfant d'un autre contexte social et éducatif. Ma grand-mère maternelle a connu des périodes où le frigo était difficile à remplir et n'avait pas été longtemps à l'école mais elle savait ce qui permettait de s'échapper d'un quotidien trop ennuyeux; elle emmenait mes tantes à la bibliothèque municipale; quand j'étais gamine,pendant les grandes vacances, elle nous faisait faire de longues balades, éveillait notre curiosité à toutes sortes de choses qui nous entouraient que ce soit en ville ou en forêt comme elle l'avait fait avec ses filles et l'évasion était au rendez-vous... De mon point de vue la pauvreté dont tu parles, c'est quand les parents ne sont même plus dans cette démarche-là. :/
J'ai parfois la vie qui me pique les yeux mais je n'envie pas ceux qui gardent les yeux secs....
Image

Répondre